DES OUTILS DE TRANSPARENCE, AU SERVICE DE LA DÉMOCRATIE. L’EXPÉRIENCE DE NOUSCITOYENS

Jean-Paul PINON

Résumé : Si le pouvoir est lié à la détention d’information, la transparence réduit l’écart entre le citoyen et le gouvernant. Souvent la quantité d’information est présente, mais la qualité n’est pas au rendez-vous. Lors des élections, l’outil par excellence est le « système d’aide au vote » (SAV). Si la loi électorale permet de voter pour les candidats individuellement, il est important d’avoir un SAV permettant de sélectionner les candidats et pas uniquement les partis. Un SAV de qualité, comme celui de NousCitoyens, permet de faire un « zoom » sur un candidat. Grâce au profil synthétique l’électeur peut évaluer en un minimum de temps la valeur du candidat : affinité politique, compétence, dévouement.

Paroles clé : WeCitizens, NousCitoyens, Démocratie, Élections, Électoral, « Système d’aide au vote », Répertoire, Politique, Transparence.

   1. Qui est NousCitoyens

   NousCitoyens ASBL est une association citoyenne1 agissant comme ‘syndicat’ d’électeurs, ‘wikipedia’ des acteurs politiques, observatoire de la gestion publique et institut d’éducation citoyenne. L’association contribue à la transparence dans la sphère politique au moyen d’instruments originaux comme le GPS électoral et le Répertoire Politique. La Charte indique des objectifs concrets y compris les rares choix politiques, comme p.e. certaines réformes concernant la consultation populaire. Pour le reste, l’association observe la plus grande neutralité. NousCitoyens ne prend donc pas position dans le débat idéologique (susceptible de diviser les citoyens).

   2. Pourquoi NousCitoyens ?

   De nombreux citoyens se plaignent de certaines lacunes dans la gestion de la « Cité ». Selon l’Eurobaromètre, publié en novembre 2009 par la Commission Européenne, 35% des Belges considèrent qu’une des causes de la corruption est que dans le secteur public beaucoup de promotions ne sont pas faites aux mérites ou sur les compétences. Or, la compétence et la probité des mandataires publics déterminent la performance des Pouvoirs publics.
   Les partis sont nécessaires pour le bon fonctionnement de la démocratie. Les citoyens souhaitent qu’en cas de conflit d’intérêt, les mandataires politiques donnent la priorité à l’intérêt général, avant l’intérêt personnel ou celui du parti. Actuellement, les partis se partagent le contrôle de la vie publique : la politisation de la Fonction Publique est symptomatique de cet état de fait.
   L’expérience personnelle suffit pour apprécier combien il est plus « facile » d’agir de façon responsable et éthique lorsque nous sommes observés. Un renforcement de la transparence peut donc exercer un effet encourageant sur les mandataires publics. Pour une gestion publique performante, il ne suffit pas d’être légalement « en règle ». Le citoyen attend plus.
   La popularité des mandataires politiques est largement proportionnelle au temps d’antenne qui leur a été accordé, indépendamment du contenu de leurs interventions. On peut déplorer que les candidats politiques soient appréciés par les citoyens sur base d’éléments aussi superficiels. Dans ces conditions, le pouvoir est exercé par ceux qui gèrent le mieux leur image dans les médias, indépendamment de leurs mérites sur le terrain. Si l’électeur n’assume pas correctement ses responsabilités, il faut s’attendre à ce que son pouvoir soit confisqué par les partis et les médias.
   Le comportement éthique est le résultat de convictions personnelles, plutôt que de réglementations, qui peuvent toujours être contournées. Si les partis ont un rôle évident pour assurer la probité de tous leurs mandataires, il convient que les électeurs eux aussi assument une forme de contrôle. Il est donc nécessaire d’informer les électeurs afin qu’ils puissent mieux juger de la probité des candidats, et émettre des voix de préférence en conséquence.
   Le degré d’adéquation entre nos opinions personnelles et le programme des partis risque d’être limité et donc insatisfaisant. On peut améliorer le score en cherchant parmi les candidats, dans la mesure où ils offrent une plus grande variété de profils de pensées et de sensibilités que les partis politiques. NousCitoyens met à la disposition de l’électeur un outil lui permettant de localiser aisément les candidats avec qui il a la plus grande affinité idéologique.
   Il existe des initiatives louables de citoyens qui demandent aux candidats leur opinion concernant des matières particulières et qui publient les réponses les jours qui précèdent les élections. Tout en comblant un vide béant, ces initiatives restent insuffisantes : faible taux de réponse des candidats politiques, publication parfois tardive, diffusion limitée, absence de suivi, etc.

   3. Le GPS électoral

   Lors des élections, l’association propose un système d’aide au vote (SAV), qui produit le classement des partis ou des candidats en fonction de la proximité politique avec l’électeur ayant rempli le questionnaire. Les SAV sont devenus populaires2. Les groupes de presse ont tendance à utiliser le SAV comme prétexte pour drainer du trafic vers leur plateforme Internet3.

   Le GPS électoral (http://testelections2014.sudinfo.be) est une application Internet pour aider les électeurs à faire un choix raisonné. Il enregistre les réponses des candidats politiques à un questionnaire spécialement conçu pour dégager leur profil politique. Avant les élections, l’électeur est invité à remplir le même questionnaire politique. Le système d’aide au vote compare les positions politiques de l’électeur avec celles des candidats, et donne un score à chaque candidat. Ensuite il renvoie à l’électeur la liste des candidats classés dans l’ordre d’affinité politique.
   Le GPS électoral de 2014 est encore accessible en test. Il a été consulté 63.000 fois. Près de 1.500 candidats ont participé en remplissant leur questionnaire.
   Conseils pour l’électeur4:

  1. Votez pour des individus, plutôt que pour des partis.
  2. Ne votez que pour des candidats transparents.
  3. Sélectionnez les candidats qui épousent le mieux votre profil politique.
  4. Faites-vous une idée de la compétence professionnelle et de l’intégrité du candidat.
  5. Votez, si possible, pour plusieurs candidats, bien sélectionnés.
  6. Communiquez autour de vous le résultat de vos recherches.

   4. Répertoire politique

   Le Répertoire Politique est une banque de données sur les acteurs politiques qui révolutionne la transparence en politique grâce à ses nouvelles fonctionnalités, entre autres le filtre avec ses 27 critères de sélection.

   Comment évolue la proportion de femmes à la Chambre ?
   Qui sont les acteurs politiques habitant le code postal 1640 ?
   Qui sont les ministres francophones de moins de 40 ans ?
   Combien de bourgmestres sont, en même temps, parlementaires ?
   Quels acteurs politiques de la province de Liège ont mentionné l’enseignement parmi leurs priorités politiques ?
   Qui sont les candidats 2014 non-élus les plus populaires ?

   Toutes ces questions ont un point commun : vous trouvez la réponse en quelques clics, grâce à la procédure de « recherche avancée » du nouveau Répertoire Politique.
   En mai 2014, lors des élections, NousCitoyens a mis en ligne une première version de son Répertoire Politique en combinaison avec son GPS électoral. Il contenait déjà plus de 4800 noms, comprenant tous les ministres, les députés (7 parlements, deux législatures), les bourgmestres et la majorité des candidats aux élections. La version 2.0 y ajoute les partis.
   Déjà dans sa première version, le Répertoire Politique est trilingue (anglais, néerlandais, français) et très pratique pour trouver les coordonnées des acteurs politiques et comprendre qui est qui : CV, mandats, scores électoraux, priorités et initiatives politiques, succès personnels, « petites phrases ».
   Progressivement ce répertoire se mue en Atlas des opinions politiques. On y retrouve la réponse des acteurs politiques à un nombre croissant de questions. Supposons que vous vous intéressiez au meilleur fonctionnement de la démocratie, et notamment à la question de la dévolution des votes en case de tête. Le Répertoire Politique permet de savoir qui, parmi les acteurs politiques, s’est prononcé sur la question, et dans quel sens.
   Pour le philosophe Georg Simmel, la démocratie suppose la transparence, car « si le secret n'est pas lié directement au mal, le mal est lié directement au secret ». [Recibido el 25 de agosto de 2015].

1 Voir : www.WeCitizens.be. Dans le respect de la Convention européenne des Droits de l’homme, l’association a pour objet de promouvoir en Belgique : a) une démocratie vivante au service de la personne ; b) la bonne gouvernance de l’État ; c) l’intérêt du citoyen pour la politique ; d) l’excellence dans la gestion du bien public e) et une culture du vote de préférence.

2 Le ‘stemwijzer’ proposé par ProDemos aux Pays-Bas a été visitée 4,85 millions de fois le mois avant les élections de septembre 2012. Le GPS électoral www.smartvote.ch , plus complet, devenu traditionnel en Suisse, a été consulté 1,1 millions de fois lors des élections fédérales suisses de 2011.

3 Lors des triples élections, le 25 mai 2014, la Belgique a connu un effet de rattrapage de son retard dans le domaine des SAV. Le SAV de NousCitoyens était le seul qui, en Flandre, était offert en indépendance totale des groupes de presse. Les SAV étaient :
En Flandre :
Kieswijzer2014 offert par WeCitizens
Stemtest : VRT, De Standaard
De Stem van Vlaanderen: VTM, Het Laatste Nieuws
www.uwregering.be : Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen, Belang van Limburg
Kandidaten 2014, offert par le journal De Morgen
En Belgique francophone :
www.gps-electoral.be : produit par NousCitoyens et offert par le groupe Sudpresse
Test électoral : RTBF, La Libre Belgique
La voix de Belgique : RTL

4 http://www.wecitizens.be/docs-fr/W31-140421-Conseils_pour_electeurs.pdf

5 http://directory.wecitizens.be/fr


Nota Importante a Leer:

Los comentarios al artículo son responsabilidad exclusiva del remitente.

Si necesita algún tipo de información referente al artículo póngase en contacto con el email suministrado por el autor del artículo al principio del mismo.

Un comentario no es más que un simple medio para comunicar su opinión a futuros lectores.

El autor del artículo no está obligado a responder o leer comentarios referentes al artículo.

Al escribir un comentario, debe tener en cuenta que recibirá notificaciones cada vez que alguien escriba un nuevo comentario en este artículo.

Eumed.net se reserva el derecho de eliminar aquellos comentarios que tengan lenguaje inadecuado o agresivo.

Si usted considera que algún comentario de esta página es inadecuado o agresivo, por favor, pulse aquí.

Comentarios sobre este artículo:

No hay ningún comentario para este artículo.

Si lo desea, puede completar este formulario y dejarnos su opinion sobre el artículo. No olvide introducir un email valido para activar su comentario.
(*) Ingresar el texto mostrado en la imagen



(*) Datos obligatorios


REVISTA EUROPEA DE HISTORIA DE LAS IDEAS POLÍTICAS Y DE LAS INSTITUCIONES PÚBLICAS es una revista académica, editada y mantenida por Servicios Académicos Intercontinentales S.L., Sitio alojado en Gunzenhausen, distrito de Weissenburg-Gunzenhausen,
Baviera, República Federal de Alemania. http://www.eumed.net/rev/rehipip/.
La revista dejó de depender de la Universidad de Málaga en noviembre de 2013.

Para cualquier comunicación, envíe un mensaje a mjpelaez@uma.es o seghiri@uma.es


Presidente del C.R.: Antonio Ortega Carrillo de Albornoz
Director: Manuel J. Peláez
Editor: Juan Carlos Martínez Coll

ISSN versión electrónica: 2174-0135
ISSN versión impresa: 2386-6926
Depósito Legal: MA 2135-2014

Número actual
Presentación
Normas de Publicación
Hemeroteca
Consejo de Redacción
Evaluadores Externos
Otras Revistas de EUMEDNET
Servicios Academicos Internacionales > Eumed.net > Revistas > rehipip