Geneviève Gavignaud-Fontaine, Les catholiques et l'économie-sociale en France XIXème-XXème siècles, Les Indes Savantes, Paris, 2011, 210 págs.

Jean-Louis Clément

Résumé: Mme la professeur Gavignaud-Fontaine décrit sur une durée de deux siècle les lignes forces du catholicisme social et de l’économie-sociale en France. En évitant les simplifications, elle met à la portée du public la connaissance d’idées qui se dirent catholiques et qui furent un temps fécondes.

Mots clés: France, Histoire XIXème et XXème siècles, Histoire religieuse et histoire politique catholicisme social.

Il faut rendre hommage à Geneviève Gavignaud-Fontaine d’avoir réussi le pari difficile de résumer, sans sombrer dans la caricature, les lignes de force des différentes théories d’économie politique qui se succèdent ou rivalisent en France depuis le XVIIIème siècle. L’honnête homme, s’il existe encore car, depuis quarante ans, les “esprits ornés” – pour reprendre la formule d’Alain Peyrefitte (1925-1999) – ne sont plus légions, goûtera l’exposition claire des doctrines qui, progressivement, ont mis l’État au service de l’expansion économique, le détournant du service du Bien commun. Avec finesse, l’auteur souligne combien la quête de la justice sociale par l’apologie du marché autorégulateur, autrement dit l’ordo libéralisme, ne peut être assimilé à la justice économique.
Les fidèles des religions chrétiennes sont très attachés à cette dernière. Les chrétiens sociaux pour les Églises issues de la Réforme ou les catholiques sociaux pour les fidèles de l’Église romaine sont nés, comme tous les socialismes, aux lendemains de la Révolution française. La vitalité de ces mouvements qui ont cherché à promouvoir une économie-sociale chrétienne, fut grande au XIXème siècle et dans la première partie du XXème siècle. Sur ce point, l’auteur, en orientant son analyse vers les questions strictement économiques et sociales, donne une bonne synthèse des travaux de Jean-Baptiste Duroselle, d’Émile Poulat, de Philippe Levillain et de bien d’autres. Force est à l’auteur de constater l’assèchement actuel de ce courant politique, en dépit des efforts faits par certains hommes politiques pour le remettre à flot. La résurrection des Semaines Sociales de France est l’exemple type de ces tentatives.
Ce livre bien construit et documenté ne rend pas assez compte de l’impuissance croissante de la religion chrétienne à modeler un monde économique et social compatible avec sa conception non de l’homme – le mot est galvaudé – mais de la personne comprise dans la définition de la doctrine sociale de l’Église. Tout un travail demeure à accomplir sur les principes théologiques qui forment le socle de la foi des fondateurs du catholicisme social. On sait depuis des lustres qu’ils sont les héritiers spirituels de Maistre et Bonald, sans jamais souligner combien ces deux théoriciens sont mus par une conception janséniste de la faute originelle et de la personne. Ce pessimisme étant admis comme la Tradition de l’Église, il est facile de franchir le pas de la révélation du social et de lui attribuer, à l’instar de Bonald, une logique de développement propre qui ne saurait se confondre avec celle de la personne « aux volontés dépravées » (Bonald). La théologie d’Alphonse de Liguori et des rédemptoristes n’a pas eu de prise sur les catholiques sociaux qui cherchèrent les voies de la rénovation sociales dans les sciences humaines plutôt que dans la théologie morale.
Car c’est un des grands mérites de ce livre que d’ouvrir à une réflexion et à une recherche renouvelée sur les liens entre le temporel et le spirituel dans la France post révolutionnaire pour comprendre l’évanouissement des valeurs chrétiennes dans la vie civique et sociale. [Recibida el 21 de octubre de 2011].

 


Nota Importante a Leer:

Los comentarios al artículo son responsabilidad exclusiva del remitente.

Si necesita algún tipo de información referente al artículo póngase en contacto con el email suministrado por el autor del artículo al principio del mismo.

Un comentario no es más que un simple medio para comunicar su opinión a futuros lectores.

El autor del artículo no está obligado a responder o leer comentarios referentes al artículo.

Al escribir un comentario, debe tener en cuenta que recibirá notificaciones cada vez que alguien escriba un nuevo comentario en este artículo.

Eumed.net se reserva el derecho de eliminar aquellos comentarios que tengan lenguaje inadecuado o agresivo.

Si usted considera que algún comentario de esta página es inadecuado o agresivo, por favor, pulse aquí.

Comentarios sobre este artículo:

No hay ningún comentario para este artículo.

Si lo desea, puede completar este formulario y dejarnos su opinion sobre el artículo. No olvide introducir un email valido para activar su comentario.
(*) Ingresar el texto mostrado en la imagen



(*) Datos obligatorios


LA REVISTA CRÍTICA DE HISTORIA DE LAS RELACIONES LABORALES Y DE LA POLÍTICA SOCIAL, con ISSN versión on line 2173-0822 e ISSN versión impresa en papel 2386-6039, es una revista académica, editada y mantenida por Servicios Académicos Intercontinentales S.L.
Sitio alojado en Gunzenhausen, distrito de Weissenburg-Gunzenhausen, Baviera, República Federal de Alemania. Alojada en http://www.eumed.net/rev/historia/index.htm.

Para cualquier comunicación, envíe un mensaje a mjpelaez@uma.es o seghiri@uma.es


Director: Manuel J. Peláez
Editor: Juan Carlos Martínez Coll

    ISSN versión on line 2173-0822
ISSN versión impresa en papel 2386-6039

 

Número Actual
Presentación
Normas de Publicación
Evaluadores Externos
Hemeroteca
Consejo de Redacción
Otras Revistas de EUMEDNET
Eumed.net > Revistas > historia